LODZ/PAULINE NADRIGNY MARINA SERETTI

couverture

SETTLEMENT

LODZ / Pauline Nadrigny et Marina Seretti

25/26 novembre

 

La Galerie éphémère Projektor ouvre ses portes à la musique de Lodz / Pauline Nadrigny), pour son nouvel album « Settlement », illustré par Marina Seretti. 

Aux accents nostalgiques du piano, s’accrochent la rumeur d’un feuillage, une voix d’enfant, des mélodies lointaines – Folksong et poèmes d’un exil anonyme. Les empreintes lithographes et le stylo rêveur poursuivent leurs lignes vagabondes, au gré de paysages lunaires, ravinés et creusés d’éboulements fantomatiques. Boucles et tresses d’une histoire ininterrompue. D’un médium à l’autre, les techniques employées se répondent : empreintes, échos, mémoire inquiète – déchirures et larsens, photos à demi effacées – ligne claire du refrain, silhouettes psalmodiées – accumulation des gris, saturation des chants. Dans le titre « De la plus haute tour« , Lodz cite Philippe Jaccottet : « Qu’est-ce donc que le chant ? Rien qu’une sorte de regard ».

Marina Seretti est artiste et philosophe. Actuellement maître de conférence à l’Université Bordeaux-Montaigne, elle a étudié la philosophie à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et à la Sorbonne (Paris IV), avant d’entreprendre une thèse d’esthétique et d’histoire de l’art sur la question du sommeil profond, et de ses métaphores, dans l’art de la Renaissance. Parallèlement à ces recherches de thèse, elle a poursuivi ses études artistiques aux Beaux-Arts d’Angers, en privilégiant les arts graphiques (dessin, gravure) et l’écriture (fiction, montage vidéo, installation sonore). Le dialogue avec Lodz s’inscrit dans une longue histoire d’amitié, où s’entremêlent les voix de l’art et celles de la philosophie. http://marinaseretti.tumblr.com/

Après une formation pianistique, Pauline Nadrigny, alias LODZ, découvre la musique assistée par ordinateur qu’elle aborde de façon instinctive, à la manière d’une partition où s’inscrivent autant d’objets musicaux. C’est l’occasion d’un premier album. Heniek, sorti sur Tsukuboshi en 2008. Après quelques années de silence, consacrées à la rédaction d’une thèse sur le concept d’objet sonore, elle sort un deuxième album sur le label Wild Silence, « Settlement », disque illustré par Marina Seretti. Parallèlement à la composition, elle enseigne la philosophie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et mène des recherches en esthétique au sein du groupe Culture, esthétique et philosophie de l’art. Elle est l’auteur de plusieurs articles et ouvrages sur les musiques contemporaines et expérimentales (Musique et Philosophie au XXe siècle, Entendre et faire entendre, Classiques Garnier ; The most beautiful ugly sound in the world : à l’écoute de la noise, avec Catherine Guesde, Musica falsa) et elle est membre du comité de rédaction de la revue Tacet, Sound in the Arts. https://wildsilencelabel.bandcamp.com/album/settlement

 

Entrée libre  : 36 rue du Château des Rentiers, Paris 13

a0563682081_10
Couverture de l’album « Settlement » de LODZ / Pauline Nadrigny et illustration de Marina Seretti / Paru chez Wild Silence le 12 juin 2017
BON
Désert I, 2014, 110 x 75 cm, technique mixte
gFormat 2
Désert II, 2014, 110 x 75 cm, technique mixte
gFormat 1
Désert III, 2014, 110 x 75 cm, technique mixte
DSC_0139
Vue de l’exposition les 25/26 novembre 2017 chez Projektor
20171119_123802
Cet éventail si c’est lui, 2017, 38 x 21 cm (ouvert), encre noire sur tissu
DSC_0126
Vue de l’exposition les 25/26 novembre 2017 chez Projektor
DSC_0125
Vue de l’exposition les 25/26 novembre 2017 chez Projektor
Publicités